Au quotidien n°112 : pas de prêtres à l’abbaye

Rédigé par la rédaction le dans Politique/Société

Au quotidien n°112 : pas de prêtres à l’abbaye

Le quotidien Présent (14 décembre) revient sur le refus du Conseil régional de Bourgogne – Franche-Comté de vendre à la Fraternité Saint-Pierre l’abbaye de Pontigny pour en faire un séminaire en France.

Vendredi, à l’issue d’un vote, le conseil régional a décidé de vendre le domaine de l’abbaye de Pontigny, dans l’Yonne (un bâtiment de 5 000 m2, la plus grande abbaye cistercienne au monde) à un homme d’affaires natif de la région. Le domaine deviendra un hôtel de luxe avec son restaurant gastronomique. Ce choix écarte la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre, qui était pourtant mieux-disante de 300 000 euros sur ce dossier. Un choix qui a un léger parfum de christianophobie, même si la présidente socialiste de la région a évoqué « deux beaux projets complètement différents ». On ne peut faire plus différent, en effet.

Il est rare que le vendeur d’un bien donne sa préférence à la proposition financièrement la moins intéressante. C’est néanmoins le choix surprenant qu’a fait le conseil régional de Bourgogne – Franche-Comté, dirigé par le PS. Mais la fondation Schneider va créer des emplois, assurent les promoteurs du complexe hôtelier. Son projet « correspond au souci de valorisation culturelle et touristique que nous voulons sur ce lieu emblématique », s’extasie la présidente du conseil régional. Lieu emblématique de quoi ? On pourrait penser qu’une abbaye bâtie il y a près de mille ans soit un trésor du christianisme. Le lieu est, semble-t-il, davantage emblématique du haut de gamme et de la bonne chère.

La Fraternité sacerdotale Saint-Pierre voulait acquérir le domaine pour en faire un séminaire. Le supérieur du district de France de la congrégation prévoyait également l’organisation de concerts, d’ateliers de chants, un festival de musique sacrée, etc. Mais le conseil régional a écarté l’offre. D’emblée, la présidente PS avait donné son choix : « Pour moi, il n’y a pas de comparaison entre un projet de formation, pas ouvert spontanément au public, et un projet de mise en valeur touristique avec des investissements forts. » (…) Rien n’y a fait. « Des séminaristes en soutane ou des artistes branchés ? » : la presse locale présentait de cette façon les deux projets. La messe était dite, en quelque sorte : ce sera l’hôtel 5, 6 voire 7 étoiles et les dîners à 250 euros par tête de pipe (pour le petit menu), si le projet aboutit… Quant au caractère particulier de ce lieu (la plus grande abbaye cistercienne au monde), il sera rappelé par la vente sur place, à l’hôtel, d’une liqueur dite « de l’abbaye de Pontigny ». •

Peu après ce refus, la Fraternité Saint-Pierre a publié le communiqué suivant :

La décision du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté de vendre le domaine de Pontigny à la Fondation Schneider plutôt qu’à la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre, qui souhaitait y installer son séminaire francophone, engendre bien sûr une forte déception.Nous remercions tout d’abord les nombreux élus, membres d’association, simples particuliers, catholiques ou non, professionnels et autres conseillers impliqués dans ce magnifique projet. L’examen des différents documents publics ainsi que le caractère lui aussi public des débats nous ont permis de relever des vices de procédure tant dans le processus d’instruction du dossier que dans la délibération elle-même. Nous regrettons au passage l’affirmation erronée de la Présidente de région relative à une nécessaire et «très difficile» autorisation romaine préalable à la fondation d’un séminaire, qui aurait pris entre deux etquatre ans: cela est inexact. Ce point précis avait été discuté avec ses services, auxquels il avait été rappelé le droit de l’Église en ce domaine: cette installation dépend du Supérieur de la Fraternité avec le consentement de l’évêque du lieu (Code de droit canonique, canon 733 §1). L’offre de la Fraternité Saint-Pierre ne comportait donc pas une telle condition suspensive, il est étonnant que la Présidente de région l’ajoute au moment de procéder au vote.Tout cela nous conduit naturellement à examiner l’opportunité d’un recours devant la juridiction compétente.

Réseaux sociaux