Jean Breton n'en pense pas moins | Cette année, on se retrousse les manches !

Rédigé par Jean Breton le dans Humeur

Jean Breton n'en pense pas moins | Cette année, on se retrousse les manches !
©jigsawstocker

C’est l’époque des fameuses résolutions de début d’année. Celle qui s’achève est riche de souvenirs, pas tous joyeux. Peut-être est-ce l’occasion d’y revenir, une dernière fois (si seulement…), pour préparer l’an à venir. Un d’examen de conscience collectif, mettre le doigt sur nos erreurs sociales à nous, plutôt que ressasser à longueur d’articles des critiques faciles sur un gouvernement, un épiscopat, l’Open Society

La Liberté a été malmenée, c’est entendu. Juste pour mémoire, on parle bien de ce qui nous fait image et ressemblance de Dieu, pas d’un accident quelconque. D’abord, nous avons toléré un détournement sémantique majeur : plus personne ne parle de Liberté, juste de libertés ou de liberté de quelque chose. Et nous avons avalé des couleuvres, par sidération, d’abord, durant la première vague. Par peur d’être ostracisé aussi – le fameux « complotisme » – quand nous cherchions à comprendre le bazar médiatique. Promettons pour 2021 la reprise en main de notre Liberté, que nul État ne peut nous ravir, même au cœur du goulag, et qui est un combat permanent. Une essence et non un droit potentiellement bafoué.

La Vérité fut sacrifiée aussi. Ne parlons pas des informations officielles, officieuses, démenties, trompeuses. Dans notre rapport aux crises actuelles (pas seulement sanitaire), avons-nous été honnêtes ? Grave écueil que de demander plus d’État pour gérer les voyous, et moins dans les fermetures de restaurants. D’exiger plus de nos évêques d’un côté pour réclamer la Messe, mais moins d’ingérence liturgique, citant à l’envi le droit canon jamais lu. De critiquer la surenchère de l’information sans lâcher nos téléphones. Promettons de rechercher la Vérité par la cohérence entre la certitude de ton de nos propos, et nos connaissances effectives. Ça tombe bien, « La Vérité vous rendra libres ».

Et l’Espérance surtout… La grâce de ces temps-ci, c’est de comprendre que cette vertu n’a décidément que peu de rapport avec l’optimisme. Elle n’est pas le résultat variable de conjectures et de constats, d’analyse de faits et de prévisions de bonheur dans un avenir indéterminé. Comme il est facile de tomber dans le fatalisme musulman, ou un pseudo-érémitisme qui ne prend que les bons côtés de la vie retirée. Difficile d’espérer quand il est possible qu’on nous demande prochainement de nous injecter des cellules de fœtus avortés pour avoir le droit de manger un burger de rat dans le dernier restaurant ouvert, tandis que des voyous brûlent les voitures que l’écologie cloue au parking. L’Espérance se travaille, et elle nous fera travailler vers le Bien quand tous s’en seront détournés. « On ne se bat pas dans l’espoir du succès », disait Cyrano, que nous complétons : on se bat dans l’Espérance du succès.

Si la Liberté était facile, elle ne serait pas intéressante. Si la Vérité était facile, elle ne serait pas Dieu. Si l’Espérance était facile, on ne nous l’aurait pas demandée. Pour l’année qui vient, que je nous souhaite sainte, on retrousse les manches, confiants dans les forces qu’On nous a donné. On combat pour la Liberté, on s’instruit pour la Vérité, on agit dans l’abandon pour l’Espérance.

Réseaux sociaux