Au quotidien n° 139 : Le goulag et le communisme ne sont pas morts…

Rédigé par la rédaction le dans Politique/Société

Au quotidien n° 139 : Le goulag et le communisme ne sont pas morts…

Pour beaucoup d’Occidentaux, la Chine ne serait plus un pays communiste puisqu’on y pratique un capitalisme efficace et offensif. Un témoignage rapporté par La Croix hebdo (30 janvier) remet les pendules à l’heure en montrant l’existence du goulag chinois dans un pays toujours dirigé par le parti communise et usant des armes habituelles de contrôle de la population.

 

Après plus de deux ans d’internement dans un camp de rééducation, Gulbahar Haitiwaji décide de raconter le lavage de cerveau et les sévices qu’inflige Pékin aux Ouïghours. Rares sont ceux qui réchappent de ces goulags made in China. Plus rares encore ceux qui osent témoigner.

Depuis près de six mois, Gulbahar Haitiwaji s’interroge. Témoigner ou se taire ? Elle vient tout juste de trouver la sécurité et la liberté en France, où elle vit avec sa famille. Son calvaire appartient au passé : deux années et demie de détention dans l’un de ces nombreux camps où Pékin prétend « rééduquer » les Ouïghours, minorité musulmane qui peuple le Xinjiang, dans l’ouest de la Chine. Parler, c’est revivre l’enfer. C’est aussi risquer d’exposer ses proches restés au pays. Mais faire profil bas, c’est couvrir le régime. Cornélien.

La rareté de son témoignage – peu de Ouïghours ont réchappé des camps, et encore moins peuvent s’exprimer depuis l’étranger – la convainc finalement de sauter le pas. « Ce qu’on vit au Xinjiang, c’est un génocide culturel », insiste-t-elle en vous fixant de ses deux billes noires, assise dans son salon parisien. Voire un génocide tout court… vu les soupçons de stérilisation forcée pesant sur Pékin. « On nous vaccinait de force contre la grippe, nous disait-on. Mais c’est vrai que certaines femmes s’alarmaient de ne plus avoir leurs règles après. Était-on, en réalité, en train de nous stériliser ? Franchement, je l’ignore », dit-elle, prudente. C’est pour toutes ces camarades qu’elle se décide à révéler le pire. Pour « celles qu’on a emmenées, un matin, les chaînes aux pieds, le visage recouvert d’une cagoule et qu’on n’a plus jamais revues. »

Pour Pékin, tout est bon pour mater les Ouïghours. Des goulags made in China se multiplient désormais dans le Xinjiang. Le pouvoir chinois réfute le terme, parlant plutôt de « centre de formation professionnelle », censé permettre de « réfléchir à (ses) erreurs », d’« améliorer sa conscience nationale » et de mieux « distinguer le bien du mal ». Un retour soixante ans en arrière, en pleine Révolution culturelle, lorsque les Gardes rouges, fiers de leur rhétorique manichéenne, justifiaient les pires actes.

Au programme de Gulbahar pendant sa détention : onze heures quotidiennes de cours (histoire, droit, mandarin). Ceux qui répondent mal aux questions posées doivent rédiger leur autocritique et la lire en public. Un lavage de cerveau ponctué « de louanges à Xi Jinping, au Parti communiste chinois et à la grande Chine ».Certaines humiliations l’ont marquée à jamais. « Un jour, on m’a attachée à un banc durant vingt jours, avec l’interdiction formelle de bouger. Pas même pour aller aux toilettes. »

Une caméra suit les gestes de chaque détenu et, au moindre faux pas, le rappelle à l’ordre. Nuit et jour. « Il fallait dormir les bras allongés le long du corps et le visage toujours visible », explique-t-elle. Pourquoi cette position ? « Le visage, c’était pour vérifier qu’on ne priait pas sous la couverture. Les bras le long du corps, pour s’assurer qu’on ne tentait pas de se suicider. » Être filmé non-stop et obtempérer aux ordres crachés par un œil électronique… Orwell l’a imaginé, Pékin l’a fait. Dans les plaines reculées du Xinjiang, Big Brother règne en maître.

Gulbahar finira par craquer, mais plaide les circonstances atténuantes. Ayant perdu toute notion du temps à force d’être privée de la lumière du jour, gravement amaigrie (« mes mains pouvaient se toucher lorsque je les posais sur mes hanches »), elle craint d’abord de ne pas passer l’hiver face au « froid apocalyptique » des plaines d’Asie centrale. « Nous portions tous les jours la même combinaison. Nous n’en avions qu’une seule. Quand on la lavait, on devait la renfiler dans la foulée, encore mouillée… et dehors, il pouvait faire – 30° C. »

 

Réseaux sociaux