Covid-19 : "De quoi avez-vous peur, hommes de peu de foi ?"

Rédigé par Anne Bernet le dans Politique/Société

Covid-19 : ''De quoi avez-vous peur, hommes de peu de foi ?''

En complément du dossier "Crise sanitaire ou crise de la foi" de l'HN n°1730, Anne Bernet présente deux ouvrages à propos de l'Église en temps de pandémie. L'un avec une approche d'abord historique, l'autre plus théologique, ils proposent tous deux des éléments de réflexion pour prendre du recul la façon dont l'Église s'est organisée pour affronter la crise et analyser notre façon de gérer nos peurs et supporter la souffrance.

Penser … C’est peut-être ce qui aura le plus manqué ces derniers mois à une société saisie de panique collective, absorbant comme une éponge les informations aussi anxiogènes que contradictoires débitées nuit et jour par les chaînes de télévision et des médecins qui prenaient trop manifestement goût à leur soudaine importance et à leur médiatisation. L’on aura tout dit, tout entendu, tout cru, concernant ce « mal qui répand la terreur », tout accepté, surtout, pour le contrer, comme si la peste noire, la variole ou le choléra nous avaient soudain fondu dessus et voués collectivement dans d’atroces souffrances à la mort à brève échéance. Le pire, dans cette séquence de démence généralisée, aura été, hélas, l’attitude d’hommes de Dieu qui, trop souvent, l’auront bien peu été.

Il faudra du temps pour que l’Église porte un jugement critique sur son attitude et ses choix et cela ne se fera sans doute qu’après en avoir constaté dans leur tragique ampleur toutes les conséquences spirituelles, mais aussi économiques, politiques et sociales. Très vite, certains, cependant, se sont penchés sur l’événement, et ont tenté de l’analyser ; les livres vont probablement se multiplier dans les prochains mois mais en voici deux, parmi les tout premiers parus, qui proposent des analyses assez opposées.

Philippe Martin est directeur de l’Institut supérieur d’études des religions et de la laïcité, titre qui l’autorisait à se pencher sur le phénomène pandémique dans ses dimensions religieuses et sociétales. De son propre aveu, il a rédigé Les religions, de la peste à la Covid 19, (Le Cerf. 276 p. 22 €.) pendant le confinement du printemps et afin de s’occuper. De son propre aveu aussi, il reconnaît que ces conditions si particulières l’ont souvent mis dans l’impossibilité de faire les recherches qui s’imposaient, de récupérer certains documents, de rencontrer certaines personnes. L’ouvrage donne, de ce fait, un sentiment d’inachevé et de relative superficialité. On n’en imputera pas la faute à l’auteur.

Si l’on n’est nullement obligé d’adhérer à toutes ces conclusions, la synthèse apporte néanmoins un panorama intéressant, quoique incomplet puisqu’il ne couvre que la période de mars à mai 2020, celle du confinement, et n’en mesure donc pas les conséquences à court et moyen termes. Le propos est de rappeler comment les hommes, depuis l’Antiquité, ont fait face aux épidémies mortelles, et de mettre en parallèle l’attitude adoptée par nos contemporains au printemps dernier. La rupture est évidente : d’un côté, une humanité désarmée face à la maladie, n’ayant d’autre recours que la religion ; de l’autre, une médecine qui s’attribue des pouvoirs qu’elle ne possède évidemment pas sur la vie et la mort, et prétend, à ce titre, tout recours au divin dépassé, ridicule, pour ne pas dire dangereux, voire criminel, obtenant non seulement le concours d’États, par ailleurs en majorité hostiles à la foi, pour interdire à la société de se tourner vers Dieu, mais aussi, fait inédit, celui des diverses hiérarchies religieuses qui, à de rares exceptions près, ont accepté toutes les contraintes, quand elles ne les ont pas précédées.

Cette attitude « mature », Philippe Martin l’oppose volontiers à celles des prédicateurs exaltés, musulmans ou évangélistes, qui ont incité leurs fidèles à mettre leur confiance en Dieu plutôt qu’en la science humaine. La foi du charbonnier, qui opère parfois des miracles, sort fatalement ridiculisée d’une telle analyse. Et oblige à se poser une question douloureuse : nos pasteurs croient-ils encore aux vérités éternelles qu’ils sont sensés enseigner et défendre, au prix de leur sang si nécessaire ?Le contraste est douloureux avec une autre étude, beaucoup plus complète et réfléchie, parue aux éditions des Syrtes (285 p. 15 €), Petite théologie pour les temps de pandémie signée Jean-Claude Larchet.

Cette théologie est orthodoxe, comme son auteur qui s’intéresse exclusivement aux communautés russes, grecques, balkaniques, etc. à travers le monde. Constatation peu consolante : en bien des endroits, notamment en Grèce, l’épiscopat et le clergé orthodoxes ne se sont pas montrés plus glorieux et courageux que les catholiques : même soumission aux autorités, même acceptation de mesures qui privaient les fidèles de « La Grande Semaine », la Semaine Sainte, des sacrements et de l’Eucharistie, même si la confession restait parfois, dans des conditions aberrantes, puisqu’une distance de plusieurs mètres entre le confesseur et le pénitent était exigée, autorisée.

M. Larchet ne condamne pas par principe ces choix sanitaires et même, il lui arrive de les justifier, mais, et c’est là que son ouvrage prend une dimension absente ailleurs, il rappelle deux vérités fondamentales oubliées par les catholiques en cette crise : que cette vie passagère n’est pas tout, et que Dieu est tout puissant. Sur ce sujet, il développe longuement une théologie de l’eucharistie et de ses pouvoirs qu’il faut amèrement regretter de n’avoir lue sous aucune plume catholique autorisée … mais il est vrai qu’il a des mots féroces pour ce qui reste de la foi eucharistique dans l’Église catholique, et qu’il est difficile de le contredire.

À grand renfort d’exemples scientifiquement démontrés, Jean-Claude Larchet démontre que « les précieux dons », les saintes espèces, n’ont jamais depuis que l’Église les prodigue aux fidèles, permis la moindre contamination, en dépit des pratiques de communion orthodoxes qui, d’un point de vue sanitaire, feraient passer les règles catholiques pour hygiénistes. L’explication en est simple : une foi vive, intangible, en la Présence réelle, donc en la toute puissance divine. « De quoi avez-vous peur, hommes de peu de foi ? » N’est-il pas temps pour les catholiques, clercs et laïcs, de se poser sérieusement la question ?

Réseaux sociaux