Jean Breton n'en pense pas moins | Variant, groupuscule...
les vraies définitions [2]

Rédigé par Jean Breton le dans Humeur

Jean Breton n'en pense pas moins | Variant, groupuscule...  <br>les vraies définitions [2]

Pierre Larousse aurait-il eu des sueurs froides en découvrant ces définitions de Jean Breton ? Difficile de le savoir. 
En tous cas, ce deuxième petit bout de ce qui pourrait être une sorte de Dictionnaire des temps troublés nous pousse à gratter un peu la surface de ces mots que nous entendons des dizaines de fois par jour... pour, au moins, ne pas être dupes !

Variant :           1. Adv. : Risque permanent de faute de français lorsqu’on cherche à l’accorder, et d’erreur scientifique lorsqu’on cherche à l’employer.

2. n.m. ça ressemble à du virus, ça a le goût du virus, ça a les effets du virus, mais ça n’est pas le virus. Explication auto-suffisante des échecs de détection ou de vaccins. Élément de complexification volontaire des statistiques officielles lorsque les tendances vont dans le mauvais sens. Remise à zéro des réussites antérieures. S’emploie le plus souvent au pluriel, e.g. « Tu comprends, avec les variants… » (salle de pause clandestine, janvier 2021) ou « Les variants nous font craindre de nouvelles restrictions » (BFM TV, in En boucle, février-juin 2021). Se colore parfois d’un adjectif géographique qu’il convient de combattre car nationaliste, e.g. « Le variant anglais détecté en Lorraine », (in Journal Johannique, mars 1427).

Dissolution :     1. N.f. chimie : action de fragmenter un solide en particules élémentaires au sein d’un liquide. Permet accessoirement, en pharmacologie, de décupler l’action d’un agent actif en augmentant considérablement les surfaces d’interaction.

                        2. Politique : Péché d’orgueil de l’État, qui pense résoudre par un acte administratif un problème philosophique. Supposition qu’un militant extrémiste a besoin d’un statut de loi 1901 pour commettre des actes délictueux. Posture politicienne cherchant à être effrayante (cf. Épouvantail) avec peu de succès (cf. Nain de Jardin). Fleurit en général à l’approche des débâcles électorales. S’applique souvent à un groupuscule.

Groupuscule :   N.m. Contraction de groupe et de minuscule. Polit. Mouvement politique dont une petite taille est souhaitée par le locuteur quelle que soit son importance réelle. S’applique préférentiellement à toute faction de droite (pour la gauche, cf. Association, Parti, Pensée). Appellation d’un ensemble précédant généralement sa dissolution (voir ce mot). Permet de se passer de toute description des pratiques ou volontés des membres, en les définissant par un terme générique (e.g. Extrême-droite, nationaliste, catholique, intégriste, traditionaliste, etc.).

Étude             1. Not. Lieu ésotérique où les grand-prêtres appelés « notaires » régissent avec leurs clercs la conservation de secrets lourds de conséquences.

2. n.f. Production littéraire répondant à des critères stricts, comportant au minimum cinq graphiques inexploitables, douze tableaux invérifiables, une introduction généraliste à faire bondir un professeur de philosophie, une conclusion capillotractée aux objectifs politiciens et un parterre de signataires aux titres ronflants. N’a de valeur qu’en présence de l’adjectif « américaine ». Argumentaire politique rédigé par des scientifiques permettant à des gouvernants de décider au nom de la Science. A perdu toute crédibilité avec l’affaire du Lancet, mais semble s’en moquer allégrement.

Les auteurs d’études sont des gens accessibles, les relecteurs des personnes comme vous et moi, la rédaction et l’obtention des données tout ce qu’il y a de plus clair. Aucun rapport donc entre les deux définitions.

Mesure :           1. Musique : espace délimitant réglementairement un nombre maximum de notes sous l’injonction dictatoriale de deux nombres inscrits en tête de portée, qui peuvent varier au bon vouloir du compositeur tout au long de la partition. Permet de donner un rythme régulier et porteur si elle est de taille appropriée.

                        2. Pol. Ordre donné avec pondération, donnant un cadre adapté à un objectif, et dont l’efficacité est sublimée par la stabilité et la compréhension générale. (Ant. Extrémisme)

Non je plaisante. Mesure n’a aujourd’hui que l’étymologie en commun avec le fait d’être mesuré, c’est-à-dire marqué d’une valeur objective, définie et limitée. Si je vous rajoute « sanitaire » derrière ce mot, on se rapproche plus d’un joli paravent chinois derrière lequel se dessine la silhouette de la jeune fille « Dictature » en train de s’apprêter…

Transport :       1. Fig. Mouvement de passion qui nous met presque hors de nous-mêmes.

                        2. en commun Sanctuaire motorisé où les fidèles usagers sont en état de grâces, où la main divine désinfecte les sièges et barres de maintien de tous nos péchés sanitaires, où une atmosphère hydro-alcoolique irrigue l’espace entre nous et nous permet de communier ensemble à moins des deux mètres qui sont de rigueur dans le monde profane. Valide seulement sur les trajets domicile-travail. (Ant. église, restaurant, musée).

 

Réseaux sociaux