Saint Joseph, songe des vocations

Rédigé par un moine le dans Religion

Saint Joseph, songe des vocations
Le songe de Joseph, Pierre Subleyras, © Musée des Beaux-Arts de Tours

Le 19 mars dernier, en la fête de saint Joseph, le Pape a signé et promulgué son message pour la journée des vocations, qui traditionnellement se tient pour le dimanche du Bon Pasteur, 4ème de Pâques. Comme on pouvait s’y attendre, le Pape consacre son message à saint Joseph avec pour titre : Saint Joseph, le songe des vocations.

Commentaire du Message du Pape pour la 58ème journée des vocations

L’Année Saint-Joseph a pour but d’accroître en chacun de nous l’amour pour ce saint extraordinaire. Les Évangiles ne nous donnent aucune parole de lui. Nous n’avons de lui que des songes. Dieu parle beaucoup à ses privilégiés par des songes, à l’instar de saint Benoît qui visita les moines de Terracine pour leur montrer les plans de leur monastère. Ces songes nous montrent qu’il a réalisé des choses extraordinaires pour Dieu. Il nous montre aussi comment il a pratiqué à merveille les trois conseils évangéliques. Les vertus du pur, discret et caché Joseph, époux et père, sont nombreuses et il dépasse de loin le Joseph fils de Jacob vendu par ses frères, mais qui devint leur sauveur.

Dieu voit les cœurs, les hommes ne voient que la façade et l’extérieur. C’est pourquoi ils sont surpris que Dieu ait pu susciter une telle sainteté chez un silencieux charpentier. Saint Joseph est Père. Les expressions père putatif ou père nourricier sont certainement insuffisantes. Comme le dit saint Augustin (sermon 51), Joseph est le Père virginal de Jésus. En effet, par la foi, Marie a reçu le Verbe et l’a conçu dans sa chair ; par la foi, Joseph a reçu Marie pour épouse, et, de ce fait, son enfant pour fils. Il est donc bien son père virginal, étant, grâce à cette foi toute pure, l’époux virginal de sa virginale mère. L’Évangile l’affirme en montrant la double mission de saint Joseph : prendre chez lui Marie son épouse et donner le nom à Jésus. Et c’est à cela que tendent les vocations : susciter et régénérer des vies chaque jour, car le Seigneur désire former des pasteurs, c’est-à-dire des pères et des mères pour son peuple. Il désire à l’instar de saint Joseph des cœurs libres, ouverts, tout donnés à Dieu et aux autres et capables de réconforter tous les désorientés de la vie. Il désire des hommes capables de renouveler en chacun des membres du Corps mystique la petite sœur espérance, dont beaucoup de nos contemporains ont perdu même le nom. Il désire des hommes qui par leur fidélité à la grâce deviendront malgré leur faiblesse des hommes forts dans la foi, dans la charité et dans l’amour. Saint Joseph, ce saint de la porte d’à côté est en cela un modèle des vocations, car à travers les rêves que Dieu lui a inspirés, il a su grandir dans l’obéissance, dans la pureté et faire de sa vie un don de soi jusqu’à l’extrême.

Pourtant les appels divins reçus en songes par Joseph ne furent certainement pas faciles à accueillir. Saint Joseph a dû se remettre en cause pour faire la volonté de Dieu et non la sienne, faisant confiance au Père des miséricordes jusqu’au bout. Sa vigilance intérieure n’avait besoin que du petit signe qu’était le songe pour reconnaître la voix divine. Il aurait pu croire à une intervention diabolique. Non il a fait confiance en Dieu. Il nous donne en cela une leçon à tous : Dieu ne parle jamais dans le bruit, il ne se révèle pas de façon spectaculaire. Il s’adresse toujours à notre intériorité avec une extrême délicatesse. Songeons à Moïse ou à Élie. Ainsi fit-il avec Marie. Ainsi fait-il pour chaque vocation religieuse ou sacerdotale. Que Marie aide les jeunes à écouter la voix intérieure de Dieu qui leur parle et les appelle à collaborer avec la grâce, pour mettre leur effort là où Dieu a mis son sang.

Réseaux sociaux