L'exposition l Jusqu’au bout du monde, regards missionnaires

Rédigé par Céline Vicq le dans Culture

L'exposition l Jusqu’au bout du monde, regards missionnaires
Timbre représentant Françoise Perroton, première femme missionnaire à Wallis et Futuna © Samuel Hense/Hans Lucas.

Ils avaient la foi et voulaient la transmettre, ils sont partis aux quatre coins du monde pour la faire connaître. Ces religieux et religieuses, issus de différentes congrégations, soutenus par l’Œuvre de la Propagation de la Foi, fondée à Lyon en 1822 par Pauline Jaricot (1799-1862), ont donné leurs vies à cet effet. Ils ont rapporté ou envoyé des objets originaux, parfois offerts par ceux qu’ils évangélisaient, ainsi que des observations géographiques ou scientifiques sur les régions et les sociétés rencontrées.

Au Musée des Confluences de Lyon, qui a la jouissance du dépôt des Œuvres Pontificales missionnaires, c’est le sujet d’une exposition associant un grand nombre de ces pièces rapportées du monde entier aux parcours de vie d’une trentaine de missionnaires qui les ont collectés.

Tous les continents sont représentés. Un magnifique autel funéraire familial butsudan (fin XIXe siècle), fut envoyé en 1898 par Pierre Fage, procureur de la mission de Kobe, après la conversion au christianisme d’une famille japonaise. Des statuettes provenant d’Afrique évoquent les pays où se sont rendus ces missionnaires : l’ikenga (Nigéria) – présentant un personnage avec des cornes, incarnation de la puissance et de la vigueur, fumant la pipe, symbole du pouvoir masculin et qui était censé favoriser le succès des entreprises de son propriétaire – ou encore le nkisi (Congo) – objet magique constitué d’un miroir et d’éléments empruntés au monde animal, végétal et minéral, qui permettait au guérisseur de détecter les intentions et les actes d’agression dans le but de les neutraliser. On découvre aussi sur des photos, des dessins d’Alexandre Le Roy (1854-1938) qui fut le premier français et premier prêtre catholique au sommet du Kilimandjaro… Un bel ouvrage en cuir réalisé par des femmes inuites témoigne de la présence de religieux en Alaska (Père Joseph Bernard [1875-1962], jésuite)… Des textes rédigés par ces religieux, lus par des comédiens et enregistrés, ponctuent le parcours apportant de riches témoignages sur leur quotidien.

Passionnant !

Jusqu’au 8 mai 2022. Musée des Confluences, 86 quai Perrache, 69002 Lyon. Tél. : 04 28 38 12 12. Ouvert du mardi au dimanche de 10 h 30 à 18 h 30.

Réseaux sociaux