Une communion pas comme les autres

Rédigé par La rédaction le dans Religion

 Une communion pas comme les autres

Nous publions ci-dessous le témoignage d'une jeune mère de famille qui a eu la grâce de communier des mains du Pape Benoît XVI lors de la messe du dimanche 14 septembre, à Lourdes. Un aperçu simple, direct, plein de fraîcheur, d'un jour qui restera certainement unique.



Je ne devais pas aller à Lourdes pour la messe du dimanche 14 septembre, mais la Providence me réservait une surprise… Un coup de téléphone d’une religieuse de la maison diocésaine a tout changé : «  Nous avons des laissez-passer pour pouvoir communier de la main du Saint-Père. Nous souhaitons en faire profiter une personne de la Fraternité Saint-Pierre. Vous êtes mère de famille nombreuse, dévouée pour votre paroisse. Je vous ai choisie. » Quelle surprise ! Je n’ai pas réalisé tout de suite, tellement cela me semblait impossible. Un tel honneur ! À mes yeux, je ne le méritais pas, mais je devais pourtant, tout simplement, répondre oui. Je suis allée chercher le laissez-passer ainsi qu’un petit carton « Santa communione ». Il me restait quatre jours à attendre… dans l’angoisse !
Dimanche : départ de Tarbes, 3 h 30 ; arrivée aux Sanctuaires à 4 h 30. nous sommes parmi les premiers. Mon mari et les enfants partent vers la prairie ; je me dirige seule, vers la crypte où j’ai rendez-vous à 6 h 30… très en avance ! Mais la Providence me réserve une autre surprise ! J’apprends que mon laissez-passer me donne droit à me promener où je veux ! Je me retrouve devant la basilique de l’Immaculée Conception, dans le grand silence de la nuit. À ce moment, toute mon angoisse est partie, laissant place à une grande paix. Mon chapelet en main, j’ai « péleriné » dans les sanctuaires vides !
6 h 30 : un prêtre nous reçoit. Nous étions 45, dont huit personnes du diocèse Tarbes-Lourdes et cinq enfants. Nous sommes allés nous recueillir devant la grotte où nous avons reçu les consignes : communion à genoux, sur la langue. Puis le grand moment est arrivé. À mes côtés, un jeune garçon s’agite. Au retour de la communion il était très paisible : « Je suis heureux ! Je me sens plus fort ! ».
À genoux devant le Saint-Père, je fus frappé de ressentir de façon très forte la bonté de Dieu, sa miséricorde. Je ne trouve pas de mot assez fort pour dire le bonheur de cette communion. Une communion qui donne l’impression d’avoir vu le Ciel entrouvert.
 

Réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

5 commentaires

Par Dominique, le

Mais si je comprends ce témoignage plein de fraîcheur surnaturelle. Il ne s'agit certainement pas, de la part de l'heureuse pèlerine, de mettre en vedette notre Saint-Père, quoique...! Mais non nous ommes montés au ciel qqs instants grâce à ce témoignage. "Laissez venir à moi les petits...!"
Merci Madame, merci Notre-Dame et Deo Gratias !

Par Philippe, le

Je comprends cette mere de famille. Je comprends beaucoup moins que vous nous fassiez part de ce temoignage quand on sait que le Saint Père aime être oublié en présence de Dieu !

Par xavier, le

Très beau témoignage, la communion à genoux devrait se généraliser afin de montrer l'importance du sacrement.

Par Castille, le

Même s'il invite à militer en faveur de la vie, le commentaire précédent gagnerait à être posté dans un autre fil. Car venant juste après ce témoignage sur cette instant d'élévation sublime qu'est de communier des mains du Saint-Père, en plus, il parait justement...déplacé.

Ooops! De quoi je me mêle!

Par Solange Miller, le

Démographie: Vers un Fiasco au Canada.
Un petit lien sur un sujet d'actualité:
geocities(point)com/crash_demographique.
Louis XIV : Après moi le déluge. Bienvenue pour une visite web.
Cordialement,
Solange Miller

P.S. Nouveau site web. prowomanprolife(point)org

www.geocities.com/crash_demographique