Rapport 2014 sur la liberté religieuse dans le monde

Rédigé par Claire Bolze le dans Religion

Rapport 2014 sur la liberté religieuse dans le monde
La carte de l'intolérance religieuse dans le monde.

Vers l’uniformisation et l’analphabétisme religieux...

 

L’Aide à L’Église en détresse (AED) a annoncé le 4 novembre le lancement de L’Observatoire de la liberté religieuse, et rendu public son rapport sur la liberté religieuse dans le monde. Le bilan en est inquiétant.

Réalisé grâce à un comité d’experts international, le Rapport 2014 sur la liberté religieuse pointe la situation dans chacun des 196 pays du monde, en prenant en compte tous les groupes religieux, et non les seuls chrétiens. L’évaluation court d’octobre 2012 à juin 2014. Un rapport sans surprise en ce qui concerne le Moyen-Orient, mais qui pointe l’« intolérance préoccupante » constatée dans la plupart des pays européens.

La majeure de cette évolution serait une marche forcée vers l’uniformisation. Le phénomène en est double.
Du Moyen-Orient, où cohabitaient des communautés religieuses très variées, les chrétiens ont été chassés. Le monde musulman lui-même se livre une guerre intra-communautaire : affrontement entre sunnites et chiites, mais également luttes intestines entre sunnites, le wahhabisme pratiqué dans l’État islamique, en Arabie et au Qatar, faisant loi. En Irak, par exemple, sur les 1,3 millions de réfugiés, 25 000 sont chrétiens. Les autres sont musulmans.
En Occident également, au nom de l’égalité et de la tolérance, la différence est rejetée jusqu’à l’absurde : jusqu’à l’évidente différence sexuelle. La théorie du genre en est la triste illustration, qui aboutit à rejeter l’anthropologie chrétienne, et à légiférer pour la contrer.

Cette uniformisation de la pensée, ce lissage du monde, se doublent de ce que Marc Fromager, directeur d’AED France, appelle la « montée de l’analphabétisme religieux chez les décideurs et dans les médias », cette ignorance entraînant une véritable « difficulté à élaborer des politiques efficaces en matière de tolérance religieuse ».

La liberté religieuse en quelques chiffres

De façon chiffrée, l’AED constate en deux ans une nette dégradation du degré de liberté religieuse. Parmi les 196 pays du monde, 59% font face à d’importantes difficultés. Dans 41% (soit 81 pays) d’entre eux, la liberté religieuse est entravée ou en déclin. Les 18% restant présentent des problèmes inquiétants sans véritable dégradation au cours des deux dernières années. 55 pays sur les 196 (28%) ont vu leur situation se détériorer. 6 pays seulement ont bénéficié d’améliorations. Au total, un être humain sur deux habite un pays dans lequel la liberté religieuse est restreinte, bafouée ou inexistante.

20 pays connaissent une absence totale de liberté religieuse. Ils se situent principalement en Asie et en Afrique. Dans 14 d’entre eux, les situations de persécution sont liées à l’islamisme musulman (1). La majorité des victimes en sont elles-mêmes musulmanes. Ces persécutions tiennent, dans les 6 autres pays (2), à des régimes autoritaires. « Que les discriminations soient d’origine politique ou religieuse, on ne voit malheureusement que très peu de raisons aujourd’hui d’espérer des améliorations significatives à court terme » conclue Marc Fromager.

Face à ce triste constat, l’AED préconise deux attitudes, qui malheureusement ne peuvent être que des vœux pieux : la défense des libertés religieuses par les responsables des différentes communautés ; le développement de l’instruction religieuse afin d’éclairer le regard des politiques dans leurs décisions, et le regard des Occidentaux sur leur propre culture.

Les critères d’évaluation de la liberté religieuse dans le monde

Les fiches par pays du Rapport sur la liberté religieuse ont été élaborées par une vingtaine de journalistes, universitaires et auteurs indépendants. Après analyse de la position légale et constitutionnelle de chaque pays concernant la liberté religieuse, ils ont étudié le degré de respect de cette loi. Ont été également retenus les indicateurs suivants : droit de se convertir ; droit de catéchiser ses enfants ; droit de pratiquer sa foi sur le plan institutionnel ; droit de former des assemblées religieuses ; droit de construire des lieux de culte, droit à la non-discrimination religieuse sur son lieu de travail.

L’une des difficultés d’un tel travail réside dans son actualisation. Le rapport a dû cesser de prendre en compte les nouveaux événements à compter du mois de juin. Pour résoudre cette difficulté, L’Observatoire de la liberté religieuse à été mis en place (www.liberte-religieuse.org). Il contient le rapport exhaustif, et est mis à jour en permanence.

 

(1) Afghanistan, République Centrafricaine, Égypte, Iran, Irak, Libye, Maldives, Nigéria, Pakistan, Arabie saoudite, Somalie, Soudan, Syrie, Yémen

(2) Myanmar, Chine, Erythrée, Corée du Nord, Azerbaïdjan, Ouzbékistan

 

Rappel

Fondée en 1947 par le Père Werenfried, l’AED est une fondation internationale de droit pontifical vivant exclusivement de dons. Elle intervient dans 150 pays pour soutenir l’Église. Elle vient en aide, à travers plus de 5000 projets annuels, aux chrétiens persécutés, menacés ou réfugiés.

 

Réseaux sociaux