Synode sur la famille : un livre interdit ?

Rédigé par Daniel Hamiche le dans Religion

Synode sur la famille : un livre interdit ?
Le professeur de droit canonique Edward Peters a révélé sur son blogue un cas de censure lors du Synode sur la famille.

Selon des sources fiables outre-Atlantique et outre-Rhin les exemplaires du livre défendant le mariage dû notamment à cinq éminents cardinaux et destinés aux Pères synodaux auraient été massivement interceptés sur ordre du cardinal Baldisseri.

Intriguant… Dans un article mis en ligne le 26 février dernier, sur son blogue In the Light of the Law, Edward Peters, professeur de droit canonique au Sacred Heart Major Seminary de Détroit (Michigan), – dont les compétences en cette science lui ont valu d’être nommé « référendaire » près le Tribunal suprême de la Signature apostolique par Benoît XVI en 2010 –, écrivait : « Il y a des informations plausibles selon lesquelles le cardinal Lorenzo Baldisseri, (secrétaire général) du Synode des évêques, a ordonné que l’on confisque des documents pro mariage postés, en toute légalité, aux participants au synode d’octobre dernier. Outre de savoir en quoi les lois internationales et/ou de l’État de la Cité au Vatican auraient pu de la sorte être violées, et en plus de la possibilité de la violation du canon 1389 (sur l’abus d’une charge ecclésiastique), cet acte, s’il a vraiment été commis par un prélat de haut rang, est une infraction d’un tel niveau qu’elle hantera, c’est ma suggestion, les employés de l’Église pour les années à venir. » Pour bien appuyer le côté désagréable de cette étonnante surprise, Edward Peters n’avait pas craint de titrer son article d’une formule morte...

La lecture intégrale de cet article est réservée à nos abonnés, pour la lire vous devez maintenant vous connecter.

Réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

2 commentaires

Par Ulyssio, le

Avec un Pape qui désire clarté et transparence il est du métier de journaliste sérieux d'informer sur les malversations de certains cardinaux, évêques ou prêtres lorsqu'elles sont avérées. La liberté d'expression, soutenue par la vérité, doit mettre en lumière les comportements des responsables de l'Eglise aux yeux du Peuple de Dieu en entier. Merci à ces hommes qui oeuvrent pour la Vérité, même si elle n'est bonne à dire, elle ne doit pas être occultée.

Par pmlg, le

Je comprends bien la "colère" et je comprends bien l'émoi que cette information peut provoquer.
Je comprends moins ... pour ne pas dire pas du tout la mise en ligne de ce type d'information. Il ne s'agit pas de faire comme les trois singes bien connus du temple de T?sh?g? à Nikk?, au Japon " Rien vu, rien entendu, rien dit" ... mais d'éviter dans un monde qui réagit de façon épidermique à la moindre information qui ouvre une polémique sur des sujets sensibles ce qui peut discréditer les personnes et les institutions et tout particulièrement l'Eglise.