Pauvre Charlotte…

Rédigé par Jean de Viguerie le dans Culture

Pauvre Charlotte…

Charlotte Corday n’est pas une inconnue. Elle est cette héroïne de la période révolutionnaire qui assassina le journaliste Jean-Paul Marat le 13 juillet 1793. L’affaire Charlie en janvier dernier nous a rappelé son souvenir.

M’intéressant depuis longtemps à ce personnage, je m’empressai de lire l’article de Michel Onfray dans Le Point du 23 juillet 2015. Charlotte Corday avait perdu la foi. Elle avait embrassé la cause révolutionnaire. Elle avait tué. J’étais curieux de savoir comment le philosophe Michel Onfray interpréterait ce cas.

Eh bien ! je fus déçu. D’abord, il omet certaines précisions qui permettraient de la mieux situer. Ensuite la question religieuse ne l’intéresse pas. Il n’en parle pas.

Certaines précisions. Michel Onfray peut penser que l’hérédité ne compte pas. Il eut cependant bien fait de rappeler que Charlotte appartenait à une très ancienne famille normande et surtout qu’elle descendait de Pierre Corneille. Rien moins. Certains auteurs rattachent les Corday d’Armont aux Vikings. L’auteur du Cid et les Vikings, cela compte. Il ne fallait pas non plus omettre le nom du défenseur de Charlotte devant le Tribunal révolutionnaire : il s’agissait de Chauveau-Lagarde, un avocat de grand talent et d’un grand courage qui défendra plus tard la Reine et Madame Elisabeth. Il « plaida à charge » écrit Onfray. Ce n’est pas tout à fait vrai. À la satisfaction de l’accusée il plaida son désintéressement et la force de se... Ce billet a été publié dans L'Homme Nouveau, je commande le numéro

La lecture intégrale de cet article est réservée à nos abonnés, pour la lire vous devez maintenant vous connecter.

Réseaux sociaux