Le Salon du livre et de la Famille

Rédigé par Raphaëlle Lespinas le dans Culture

Le Salon du livre et de la Famille

Pour sa deuxième année, les AFC du VIIIe arrondissement de Paris organisent un Salon du Livre et de la Famille, le 26 novembre 2016. Présentation par son organisateur, Xavier Sichel Dulong, également trésorier des Associations Familiales Catholiques Paris VIIIe.

Les Associations Familiales Catholiques (AFC) Paris VIII organisent leur deuxième édition du Salon du Livre et de la Famille le 26 novembre prochain. De quoi s’agit-il exactement ?

En plus des initiatives des AFC au niveau national, les antennes locales peuvent organiser leurs propres évènements dans leur ville ou quartier. Il y a 18 mois, les AFC Paris VIII ont eu cette idée d’un Salon du Livre et de la Famille. La première édition de ce salon a été pour nous un vrai défi, nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre et ne connaissions pas bien les rouages du monde de l’édition. Finalement, nous avons relevé le défi et décidé de renouveler l’expérience. L’année dernière, nous avions accueilli une quarantaine d’auteurs, cette année ils seront une cinquantaine à la mairie du VIIIe arrondissement de Paris. Ces auteurs, très différents, ont pour point commun une certaine idée de la famille, et portent un ensemble de valeurs que nous défendons avec les AFC, qui sont en fait l’ensemble des valeurs chrétiennes. Nous avions accueilli quelque 600 personnes l’année dernière, nous espérons le double cette année !

Pourquoi ce nom du Salon du Livre et de la Famille ? Les valeurs chrétiennes que vous évoquiez ne se résument pas à la seule problématique de la famille !

Nous avons mis du temps à arrêter ce nom. La famille fait partie de l’ADN des AFC, puisque c’est précisément sur cette thématique-là que nous focalisons notre réflexion et nos activités. Ce nom du Salon du Livre et de la Famille est d’abord une marque de fabrique plus que l’indication d’une problématique qui serait la seule abordée dans les livres présentés lors du Salon. Cela étant dit, ce terme de « famille » montre que ce salon s’adresse à un public large, puisqu’il y aura notamment un stand de livres de jeunesse. Par ailleurs, la famille étant la cellule de base de la société, de nombreuses thématiques en découlent ou lui sont liées d’une manière ou d’une autre. Et de fait, les auteurs présents au Salon du livre présenteront des ouvrages sur des thématiques variées, allant de l’essai politique au livre spirituel, en passant par des témoignages de vie. Nous avons pour objectif de présenter un éventail le plus large possible d’auteurs qui, chacun à leur manière et en traitant des sujets très divers, servent à leur manière des valeurs communes.

Au-delà du thème abordé, comment choisissez-vous les livres et donc les auteurs qui seront sollicités pour le Salon du Livre et de la Famille ?

C’est vrai qu’il est difficile de faire un choix, il y a tellement de livres qui paraissent chaque année ! Nous travaillons auprès des auteurs eux-mêmes ou des maisons d’édition pour nous tenir informés des nouveautés. Nous faisons en sorte que les livres présentés cette année ne soient pas les mêmes que l’année précédente et les choisissons donc également en fonction de leur date de parution. Une exception sera faite cette année pour Jean Raspail, qui nous fera l’honneur de sa présence, et proposera de nombreux livres, comme une rétrospective de son œuvre.

De quels auteurs ou thèmes de ce deuxième Salon du Livre et de la Famille voudriez-vous nous parler ?

Il y a en premier lieu notre volonté d’informer et de soutenir la cause des Chrétiens d’Orient, et c’est pourquoi nous avons invité en particulier Jean-Frédéric Poisson pour son livre Notre sang vaut moins cher que leur pétrole. D’autres thèmes seront abordés, parfois peut-être moins connus du grand public, comme le transhumanisme, avec la présence notamment de Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune. Le Père Zanotti-Zorkine, dont les livres ont eu beaucoup de retentissement, sera également présent. Il donne un message fort aux chrétiens, un message d’espérance d’abord, mais également un appel à sortir de notre léthargie, voire de notre peur. La thématique plus générale de la France sera abordée dans plusieurs livres. Ils portent une réflexion plus générale mais indispensable sur la civilisation chrétienne et l’âme française.

Quelle atmosphère avez-vous ressenti l’année dernière pour le premier Salon ? Y avait-il des échanges entre les auteurs et les lecteurs ?

Les gens sont restés sur place bien plus longtemps que nous l’avions imaginé, ils ont effectivement beaucoup échangé avec les auteurs et acheté de nombreux livres. Philippe de Villiers était présent, et bien évidemment, les gens se pressaient à son stand. Il est intéressant d’avoir quelques « têtes d’affiche » qui incitent les gens à venir et leur donnent ainsi l’occasion de découvrir des auteurs parfois un peu moins connus.

Comment envisagez-vous les années suivantes ? Comptez-vous renouveler l’expérience ?

L’année dernière, ce salon du livre nous apparaissait comme un challenge un peu fou. Cette année, nous sommes déjà plus rôdés… Nous ne comptons pas nous arrêter là et espérons que ce Salon puisse devenir une référence dans le domaine. Bien sûr, nous ne sommes pas les seuls sur ce créneau, et particulièrement en cette période de rentrée littéraire mais il y a de la place pour tout le monde et nous ne sommes pas dans une logique de concurrence ! Nous aimerions proposer une conférence à l’occasion du Salon mais pour l’instant, la configuration des lieux que nous occupons ne nous le permet pas.

Nous sommes toutefois très reconnaissants envers la Mairie du VIIIe qui nous accueille avec confiance et bienveillance.

Le succès de la première édition du Salon du Livre et de la Famille vient-il tempérer l’idée largement admise que les gens ne lisent plus et que les chrétiens manquent cruellement de formation ?

Ce succès – à notre échelle ! – montre un regain, une soif de formation chez les catholiques. Le livre n’est pas fini, loin s’en faut ! Nous ressentons un besoin urgent de nourrir la réflexion. Le désengagement de l’Éducation nationale dans la transmission du savoir incite les familles à s’en sortir par elles-mêmes. De même que les nombreuses menaces qui pèsent sur la société font émerger une attente, une quête de sens et de valeurs. Les chrétiens réalisent qu’ils ont un devoir d’engagement, c’est un signe d’espoir pour l’avenir !

 

Salon du Livre et de la Famille, le samedi 26 novembre 2016 de 14 h à 18 h 30, à la mairie du VIIIe arrondissement de Paris, 3 rue de Lisbonne, 75008 Paris. Entrée libre. Philippe Maxence et Olivier Hanne seront présent à ce Salon.

Réseaux sociaux