Et si on faisait des santons de Pâques ?

Rédigé par Abbé François de Mesmay le dans Religion

Et si on faisait des santons de Pâques ?

Dans notre société « post-chrétienne » nous pourrions nous lamenter de ce que, à l'instar du démarchage commercial de Noël, beaucoup aient oublié le véritable sens des fêtes de Pâques qui approchent. Et pourtant au cœur du Pays basque, terre de vieille chrétienté, une heureuse initiative d'évangélisation voit le jour, visant à restaurer dans les familles, les paroisses et les catéchèses l'aspect rédempteur de la Passion du Christ.

Je n'ai eu donc qu'à m'inspirer de l'idée géniale de mon saint patron, le petit pauvre d'Assise, qui imagina en son temps, la première crèche vivante de l'Histoire, dont on sait quel fut le succès séculaire. Même chez les familles non pratiquantes en effet, on reste attaché aux crèches, il faut rechristianiser les baptisés avec des choses simples !


La génération actuelle qui est celle de l’image et du visuel n’a pas cependant totalement évacué le côté affectif. Voilà pourquoi on assiste dans nos églises au moment de Noël à une transmission intergénérationnelle, lors­que les grand-mères donnent à voir la crèche à leurs petits-enfants, qui, émerveillés, contemplent le mystère. Aristote enseignait que l’émerveillement est précisément la première qualité du sage, la « folie de la Croix » n’est-elle pas « sagesse de Dieu », comme le souligne saint Paul en s’adressant aux Corinthiens ?

Suite à l’appel vibrant, lancé par Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron dans sa lettre pastorale « La Charité du Christ nous presse, l’urgence de la mission », la paroisse Notre-Dame de l’Assomption est attentive à éveiller une nouvelle « conscience missionnaire » chez les fidèles. Dans toutes ses activités elle cherche à toucher les parents, souvent éloignés de l’Église, par les enfants. Elle fut par exemple la première dans son diocèse à instituer les catéchismes avant la messe dominicale.

À la suite du bienheureux Jean-Paul II qui s’exclamait : « Partout se fait sentir le besoin d’une annonce renouvelée, même pour ceux qui sont déjà baptisés ! » (encyclique Ecclesia in Europa), le Pape Benoît XVI invite à « maintenir chez les chrétiens la sensibilité pour la piété populaire, qui est différente selon les cultures, mais qui est aussi toujours très semblable, parce que le cœur de l’homme est, en fin de compte, toujours le même ».

On comprend mieux comment cette initiative artistique peut être et doit être l’occasion d’une « première annonce » de la foi, par la représentation du mystère de la mort et de la Résurrection de Jésus-Christ, cause du salut pour tous les hommes. (À suivre).

La suite de cet article est à lire dans le dernier numéro de L'Homme Nouveau 

que vous pouvez commander à nos bureaux (10 rue Rosenwald, 75015 Paris. Tél. : 01 53 68 99 77, au prix de 4 euros), ou télécharger directement sur ce site en cliquant sur le lien ci-dessous.

Recommander ce billet

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

1 commentaire

Par Fr. Nicolas Vercel, le

Cette idée des santons pour le carême existe depuis plus de 15 ans à Riaumont où nous faisons un chemin de carême avec l'évangile de chaque dimanche et les jours saints en santon. Ce fut fait en lien avec une santonnière qui l'avait mis à son catalogue à l'époque. Cela reste bien sûr une très bonne idée mais ce n'est pas nouveau.

Laudate